Sélectionner une page

Là où il y a une atmosphère explosive ou explosible (ATEX), il existe un potentiel risque d’explosion notamment sur les sites dits SEVESO. Pour prévenir les risques liés professionnels liés aux ATEX, il s’agit de : 

  1. Comprendre en quoi consistent les ATEX
  2. Connaître la réglementation autour des ATEX
  3. Prévoir un plan de sécurité pour minimiser les risques et protéger les salariés. 

En quoi consistent les atmosphères explosives (ATEX) ?

La formation d’une atmosphère explosive (ATEX) résulte de la présence de trois éléments : 

  • Un combustible soit une matière inflammable. Il peut s’agir de gazs, de vapeurs, ou encore de poussières. 
  • Un comburant permettant donc la combustion une fois combiné au combustible. Il s’agit un général de l’oxygène de l’air.
  • Une source d’inflammation soit une source d’énergie suffisamment importante (Energie minimale d’inflammation) ou une température suffisamment élevée (Température d’auto-inflammation). Il peut s’agir d’étincelles d’origine électrique ou mécaniques, de flammes nues, de décharges électrostatiques, etc. 

Une atmosphère explosive peut donc provoquer une explosion, qui consiste en une combustion quasi-instantanée contrairement à l’incendie, plus progressif. L’explosion est accompagnée d’un effet de souffle chaud accompagné de flammes avec une détonation. 

Quelle est la réglementation en vigueur pour les ATEX ?

La réglementation des atmosphères explosives transpose deux directives européennes (2014/34/UE ou ATEX 95 pour les équipements destinés à être utilisés en zones ATEX, et 1999/92/CE ou ATEX 137 pour la sécurité des travailleurs) en une seule réglementation française. 

Cette réglementation exige de tous les chefs d’établissements qu’ils veillent à maîtriser les risques liés à l’explosibilité des atmosphères, au même titre que tous les autres risques industriels et professionnels. 

En tant que telle, la réglementation ATEX distingue les différentes zones explosives et oblige les chefs d’établissement à marquer ces dernières. Le but de ce zonage est d’adapter ou ré-adapter le matériel présent sur les lieux en fonction du degré et du type de dangerosité afin de limiter les risques. 

Un tel processus permet également de protéger les salariés. On distingue donc plusieurs catégories de zones :

  • 0 : atmosphère explosive présente en permanence ou sur de longues périodes en fonctionnement normal.
  • 1 : atmosphère explosive présente de manière occasionnelle en fonctionnement normal. 
  • 2 : atmosphère explosive présente de manière accidentelle, en cas de dysfonctionnement ou de fonctionnement courte durée. 

Ce classement repose sur l’analyse de la source de dégagement du gaz ou des vapeurs inflammables ainsi que sur l’analyse de la ventilation de l’emplacement où se produit ledit dégagement. 

On définit donc une zone à risque en fonction de la fréquence et de la durée de présence d’une ATEX. 

Pour en savoir plus sur la réglementation ATEX, vous pouvez consulter notre article au sujet de la norme ATEX NF EN 60079-10-01.

Quelles mesures de prévention prévoir en cas d’atmosphère explosive ?

Il s’agit de prévenir les risques liés aux atmosphères explosives pour le site, les matériels et les hommes : 

Empêcher la formation d’une atmosphère explosive

  • Agir sur les combustibles : remplacer les produits si nécessaire, maîtriser la manipulation, etc. 
  • Agir sur le comburant : introduire du gaz inerte pour appauvrir l’air en oxygène et donc limiter le risque d’inflammation possible. 

Limiter les sources d’inflammation 

  • Retirer le matière inflammable de la zone ATEX
  • Prévoir des systèmes de refroidissement adaptés 
  • Réaliser des contrôles réguliers au niveau des matériels de sécurité et de détection.
  • Opter pour du matériel adapté à la zone ATEX (sans étincelles potentielles)

Sensibiliser les salariés

Vous travaillez sur un site industriel présentant des zones à atmosphères explosives ? 

ADF Systèmes s’engage à vous guider dans le choix des produits et solutions les plus adaptés selon vos problématiques de sécurité industrielle et de gestion des risques.

Source : INRS