Sélectionner une page

Ces cinquante dernières années, de nombreuses catastrophes industrielles (Seveso, Toulouse, Feyzin) ont poussé la réglementation à se raffermir à l’échelle nationale et européenne, donnant lieu à des directives précises et exigeantes.

Parmi elles, une panoplie de normes destinées à maintenir un haut voire très haut niveau de prévention et de protection au sein des sites industriels. 

Dans la liste des risques à prévenir et limiter, on distingue les explosions et inflammations pouvant avoir lieu dans les zones ATEX. Comment déterminer ces dernières selon la norme NF EN 60079-0-1 ?

En quoi consiste la norme ATEX NF EN 60079-0-1 ?

Créée en 2009 et récemment mise à jour, la nouvelle version de la norme NF EN 60079 : 10-1 relative au zonage des ATmosphères EXplosives gazeuses est entrée en vigueur fin 2018.

Elle détermine pour l’employeur l’obligation de subdiviser les zones au coeur desquelles les atmosphères explosives sont présentes et ainsi veiller à la sécurité des personnels (Article R4227 du Code du travail)

L’évaluation et la classification des zones ATEX gazeuses fait en effet partie de l’évaluation des risques exigée dans le cadre de la mise en place d’un DUER et d’un PPRT et doit être revue de manière périodique. 

Ainsi, la nouvelle version de la norme nf en 60079-10-1 reconduit les principes de la version précédente en prenant en compte les 3 grands facteurs permettant de déterminer le type et la dimension des zones explosives :

  1. Les sources de dégagement
  2. La capacité de dilution de la ventilation
  3. La disponibilité de la ventilation 

En revanche, elle introduit de nouvelles méthodes de calcul notamment en ce qui concerne le degré de ventilation ou le dimensionnement des zones ATEX. 

Par exemple, alors que l’ancienne version de la norme se basait sur le calcul d’un volume théorique inflammable (Vz) la capacité de ventilation est désormais évaluée en fonction de la vitesse de ventilation au niveau du dégagement ainsi que les caractéristiques de ce dernier. 

Comment fonctionne concrètement le zonage ATEX ?

Un zonage efficace permet  d’adapter ou ré-adapter le type de matériel électrique et non électrique en fonction du type de zone afin de limiter les risques. 

Le but est de protéger non seulement les lieux mais aussi les salariés. 

Selon la réglementation ATEX en vigueur, on peut distinguer plusieurs catégories de zones :

  • Zone 0 : atmosphère explosive présente en permanence ou sur de longues périodes en fonctionnement normal.
  • Zone 1 : atmosphère explosive présente de manière occasionnelle en fonctionnement normal. 
  • Zone 2 : atmosphère explosive présente de manière accidentelle, en cas de dysfonctionnement ou de fonctionnement courte durée. 

Ce classement repose sur l’analyse de la source de dégagement du gaz ou des vapeurs inflammables ainsi que sur l’analyse de la ventilation de l’emplacement où se produit ledit dégagement. 

On définit donc une zone à risque en fonction de la fréquence et de la durée de présence d’une ATEX. 

Après détermination des zones, le responsable du site industriel se doit de notifier les locaux et emplacements susceptibles de présenter des zones ATEX par le biais d’un pictogramme réglementaire. 

Vous travaillez sur un site industriel présentant des zones ATEX ? 

ADF Systèmes met un point d’honneur à vous guider dans le choix des produits et solutions les plus adaptées selon vos problématiques de sécurité industrielle et de gestion des risques.