Sélectionner une page

Redouté et redoutable en zone ATEX, l’électricité statique nécessite une attention toute particulière. En effet, ce phénomène est inévitable et peut présenter un danger sur les sites industriels, pour la pérennité des équipements comme pour la santé et la sécurité des personnels. Aussi, comment se prémunir des risques électrostatiques en atmosphère explosible ?

Comment se forme une décharge électrostatique ?

Une décharge électrostatique (DES) est générée à chaque fois que deux corps ou matériaux présentant des charges statiques différentes sont mis en contact puis séparés. On appelle ce phénomène la triboélectricité.

Inévitablement, l’un des deux matériaux gagne des électrons et l’autre en perd, créant ainsi une différence de potentiel électrique.  Le phénomène d’électricité statique se forme lors de la combinaison de charges positives et négatives. 

Ces transferts d’énergie sont permanents et pour la plupart du temps imperceptibles. Au quotidien, ils se manifestent par une micro-étincelle inoffensive lorsqu’on enfile un pull ou que l’on frotte un peigne en plastique contre des cheveux secs.

NB : les matériaux isolants peuvent être porteurs de charges électrostatiques. 

En quoi consiste le risque électrostatique ?

Les décharges électrostatiques ne deviennent dangereuses que si on laisse la charge statique s’accumuler trop longtemps. 

Sur un site industriel, les DES peuvent endommager les matériels électroniques. La charge électrostatique peut en effet s’accumuler sur des équipements métalliques isolés, des matériaux isolants ou encore des poudres et liquides non conducteurs. 

Le personnel peut également être menacé du fait du port de semelles isolantes ou d’un sol isolant. 

En zone ATEX où l’usage de gaz, liquides ou encore poudres inflammables sont fréquemment utilisés, le risque électrostatique est particulièrement présent. 

En effet, si une décharge électrostatique se produit en atmosphère explosive, une inflammation et/ou une explosion peuvent avoir lieu. 

Les conséquences de l’électricité statique et du risque électrostatique sur les matériaux mais aussi sur le personnel sont donc à appréhender. 

Comment prévenir les risques électrostatiques en atmosphère explosive ?

Évaluer le risque électrostatique

A priori, l’évaluation des risques industriels sur un site industriel ou SEVESO devrait permettre d’estimer les risques de décharge électrostatique. Pour ce faire, il s’agit de procéder à un audit – à réaliser grâce à un organisme certifié : 

  1. Déterminer les atmosphères inflammables pour chaque zone et évaluer l’énergie requise pour les enflammer. 
  2. Estimer la sensibilité de l’atmosphère inflammable ou explosible à l’inflammation. La sensibilité d’une zone à l’inflammation est mesurée en EMI (energie minimale d’inflammation) 
  3. Quantifier l’énergie des décharges pouvant survenir et estimer leurs niveaux d’énergie différents selon les zones et les situations. 
  4. Dresser un comparatif de l’énergie libérable en cas de décharge avec l’énergie nécessaire pour provoquer une explosion ou une inflammation, selon les zones. 
  5. Étudier les performances des équipements et des matériaux présents à retenir ou accumuler l’électricité statique. 

Maîtriser le phénomène électrostatique

Une fois l’évaluation des risques électrostatiques terminée, il est en général nécessaire de prendre des mesures de protection supplémentaires en zone ATEX : 

  • Retirer les produits isolants non nécessaires aux activités industrielles.
  • Éviter la création de charge électrostatique grâce à des systèmes de mise à la terre performants ou à une liaison équipotentielle. 
  • Opter pour des EPI anti-DES : chaussures, gants, bracelets. 

Vous souhaitez minimiser l’impact des risques électrostatiques en zones ATEX ?

ADF Systèmes met un point d’honneur à vous guider dans le choix des produits et solutions les plus adaptées selon vos problématiques de sécurité industrielle et de gestion des risques. Pour mieux connaître les risques de DES, téléchargez notre guide dédié à la mise à la terre.